Walvis Bay – Swokopmund – Cape Cross

12 mars 2016

Sur la route de Walvis Bay on croise un poulain albinos en piteux état. Pas grand chose à brouter dans les environs … On fait le plein à Solitaire où les carcasses de vieilles voitures servent de décorations ! On passe de nouveau le Tropique du Capricorne

Changement de climat !! Direction Walvis Bay sur la côte. Je n’avais jamais vu un changement pareil : à 10 km de distance, vous passez du désert aride et très chaud à un climat humide et plutôt frais !! On croise nos premières pintades de Numidie, noires à pois blancs, typiques de Namibie. Direction la mer pour voir les immenses rassemblements de flamants roses !! Magnifiques !!!

Direction Swakopmund (impossible de me souvenir de ce nom !…), ville balnéaire très prisée des namibiens. Et pourtant il y fait froid, gris et pluvieux … On prend nos quartiers dans un très bel hôtel du centre ville « Swakopmund Hotel and Entertainment Centre » où sont descendus plusieurs personnages célèbres ! Le petit déjeuner est à tomber ! On croise des pêcheurs sur la plage, équipés d’immenses cannes à pêche qu’ils transportent à l’avant de leurs voitures. Dîner dans un très bel hôtel, on se fait plaisir 😋


13 mars 2016

Journée très spéciale car nous allons voir la colonie d’otaries à fourrure de Cap Cross. Surtout ne manquez pas se spectacle incroyable : des milliers d’otaries, mâles, femelles, bébés qui crient, se reposent ou sautent dans l’océan. Se munir d’une écharpe parfumée car si le spectacle est grandiose, l’odeur est parfois difficile à supporter. Une visite indispensable pour tous les amoureux de la nature !!

Sur la route du massif du Brandeberg, rencontre avec un camp de Himbas, ce peuple dont les femmes s’enduisent de terre rouge. Ils vendent des bijoux et autre objets artisanaux. A peine me suis-je approchée de leur étal que je me suis retrouvée avec 10 bracelets à chaque bras !!! Difficile de faire un choix car chacun défendait son propre travail. On a essayé d’en prendre un à chacun sans trop marchander car on nous l’avait déconseillé : les Himbas subissent une sécheresse grave et n’ont plus beaucoup de moyens de subsister.

Direction le parc de Brandberg . La route est droite, plate, aride. Les aires de repos ne ressemble pas aux nôtres !! Une table, 2 bancs, 2 petits arbres plantés et … c’est tout. On longe quelques fermes assez pauvres et des charrettes tirées par des ânes.

Entrée dans le parc : guide obligatoire. L’homme à la caisse nous dit d’y aller quand même et de rattraper le groupe de devant qui vient de partir. On ne les rattrapera jamais … Heureusement que l’on a croisé un guide qui revenait avec 2 personnes car je ne suis pas sûre que l’on aurait trouvé tous seuls notre chemin… Il parle anglais et un dialecte émaillé de claquements de langues. Il connait tout de sa région et nous explique comment vivent les gens d’ici et qu’effectivement, ils subissent depuis plusieurs années une sécheresse très importante. La vie est dure. On lui achète quelques pierres fossiles que vend sa soeur. Les peintures rupestres du parc son très belles et très anciennes. Elles servaient de moyen de communication entre les peuples nomades pour indiquer la localisation du gibier ou la présence de dangers. La fameuse dame blanche serait en fait un chasseur avec des peintures tribales blanches sur les jambes.

Il commence à se faire tard et on a encore pas mal de route. On arrivera au lodge de nuit, avec un tonnerre qui gronde et une vache aventurière au milieu de la route que j’ai failli percuter !!!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s